Billets d'humeur

Pause

3 septembre 2015
pause-campagne-été

Et voilà le soir, déjà.
Mes choupinets terminent des mots fléchés à côté de moi… Ils sont tellement sages ! De vraies images, c’est fou. J’ai de la chance, je me le dis souvent. Ils sont si gentils, si tendres, si drôles. (Oui, tellement de mamans disent cela de leurs enfants, en toute impartialité, bien évidemment… Je me fais plaisir aussi ! 😉 )
De mon côté, j’ai des envies de couleurs, des envies de douceur. Comme un besoin particulier de panser mon âme. Juste un peu de vert et de bleu, pour aller mieux.

Faire une pause. Res-pi-rer. Se relaxer. Et retourner quelques instants à la campagne, en juillet.

Je vous envoie des rayons de soleil. Beaucoup.
De mon côté, je ne serai pas présente sur le blog demain. Une journée tout en sprint s’annonce, avec mille et une choses à faire avant le soir. Tant mieux, je suis heureuse de ce planning chargé… mais passionnant.

Passez un bon week-end !

 

campagne-été

campagne-été

Rendez-vous sur Hellocoton !
Billets d'humeur

Quand la presse française se tait, l’humanité fait naufrage

3 septembre 2015
drame du jeune aylan retrouvé sur la plage

Fallait-il publier l’insoutenable ?
Fallait-il montrer l’horreur d’un enfant mort noyé sur la plage, pris dans les bras par un gendarme turc, impuissant face à l’inadmissible ? A quel moment fait-on preuve de lâcheté ?

A partir de quand détourner le regard est-il une trahison ?

C’était ce matin. Ce jeudi 3 septembre.
Aujourd’hui, il fallait avoir le cran de publier cette image absolument atroce d’Aylan Kurdi, gisant sur le sable, près de l’eau.
Impudique. Terrible. A déclencher la nausée.

*

un petit garçon, aylan, gisant sur la plage de bodrum

*

un gendarme tenant dans les bras aylan

Le symbole était là.
Symbole de notre impuissance.
Symbole de l’horreur de ce qui se joue loin… et si près de nous en même temps.

Cette image, c’est celle de cet enfant de 3 ans, Aylan, sur une plage de Bodrum. C’est celle de son frère Galip, 5 ans, qui est mort aussi, certainement en tentant de le sauver. C’est l’image du drame des personnes sur ces deux embarcations qui ont coulé de nuit, en arrivant en haute mer alors qu’ils cherchaient à rejoindre l’île grecque de Kos. C’est celle de ceux qui ont choisi de monter à bord. C’est celle de toutes ces familles qui se demandent si elles doivent partir ou rester. Que ferions-nous à leur place ? Aurions-nous le courage d’affronter la mer ? Je sais bien, en mon for intérieur, que je n’aurais sans doute pas osé prendre le risque de la noyade. Alors comment aurais-je pu sauver des bombes ma famille, mes enfants ? Je n’y serais certainement pas parvenue.

Ce petit garçon, Aylan, venait de Kobane, ville de Syrie touchée de plein fouet par de violents combats entre djihadistes de l’Etat islamique et miliciens Kurdes de la zone. Aylan et les corps de 11 autres personnes ont été trouvés sans vie par des sauveteurs. Un drame parmi tant d’autres.

Il y avait ce matin un enjeu. Un enjeu humain et politique. Et cet enjeu passait à mon avis par une photo. Car une prise de conscience collective se fait souvent ainsi, par l’image. Il ne s’agit pas en ce cas de voyeurisme. Il s’agit d’oser regarder en face un drame. Il s’agit d’une France qui pourrait redevenir Terre d’accueil. Comme d’autres pays doivent aussi le faire. Il s’agit de se dire que, même si nous ne pouvons accueillir à nous seuls tous les réfugiés, nous devons prendre une participation active à l’accueil de ces personnes. Si tous les pays acceptent de faire un geste, alors il y aura des vies en plus de sauvées. A nous seuls il est plus difficile d’agir, mais nous pouvons commencer au lieu d’attendre. Commencer et demander aux autres de faire comme nous… au lieu d’être pétrifiés.

Le monstre de l’immobilisme est installé depuis trop de mois. La Bête noire.

Je ne comprends pas la presse française. Toute la presse européenne a choisi de placer en grande Une cette image d’Aylan pour faire bouger les mentalités. Sauf la France. Un silence qui m’a fait mal. Un silence qui m’a mis les larmes aux yeux. Une silence inouï, alarmant, cruel et inhumain. Même le Sun, hostile aux migrants, vient de lancer un appel à David Cameron. C’est dire.

Cette photo n’était pas du sensationnel. Cette image fait écho à cette fillette nue brûlée par le napalm, à l’horreur des camps nazis. Publier cette photo est évoquer tout ce qu’elle fait voir en filigrane. C’est réveiller la part d’humanité en chacun de nous.

Cet enfant, c’est moi, c’est vous, c’est nous.

Que faire, maintenant ?

Il se dit à la radio que Le Monde va la publier cet après-midi. Mieux vaut tard que jamais.

Voilà. Un billet très vite écrit (je prends ma plume lors d’un court moment de pause, le temps me manque pour rédiger un meilleur texte, malheureusement). Je regrette d’avoir à écrire ces lignes dans un blog qui n’a rien à voir avec les grandes actualités et qui n’aura qu’un faible écho. Mais se taire était pour moi impossible. J’ai besoin d’écrire quand je vais mal. J’étais déjà persuadée que nous devions, avec nos voisins, prendre nos responsabilités dans l’accueil ces réfugiés politiques. Ces personnes n’ont d’autre choix que celui de fuir. Mais aujourd’hui, je ne peux repartir dans un autre article comme si la vie était simplement un long fleuve tranquille.

Avant de vous quitter, il est intéressant de se demander pourquoi ce drame atroce fait soudainement ouvrir les yeux de l’Europe. Pourquoi cette photo et pas une autre ? J’ai dans l’idée que les discours récents d’Angela Merkel y sont pour quelque chose. Elle vient de décider cet été de garder en Allemagne les réfugiés syriens. Et voilà que surgit Aylan. Le corps du petit Aylan gisant sur cette plage, alors que beaucoup d’entre nous venons de passer des vacances en famille, parfois près de l’eau. Aylan nous tend un miroir. A nous de ne pas détourner le regard.

Au-delà de l’émotion qui traverse les pays européens, j’espère que les choses vont changer. Aujourd’hui, on ne peut plus dire que l’on ne sait pas. Abordons désormais la crise des réfugiés sous l’angle des droits de L’Homme. Réveillons nos consciences face à leur sort. Je n’ai pas de solution clé en main, mais si nous pouvions cesser d’avoir peur, nous pourrions peut-être commencer à enfin réfléchir et agir. Et si nous commencions par tendre la main ?

Aujourd’hui, j’ai la nausée. Je suis indignée. (Je voudrais être surtout utile au lieu d’être simplement indignée… Ce n’est pas évidement.) J’ose espérer que, si chacune à son niveau, une multitude de voix s’élève pour demander que la France tende la main aux familles touchées par l’horreur, il se passera peut-être quelque chose.

Je veux croire que demain sera meilleur.

Nathalie

PS. Exemple de Source : le journal de Montréal.

PPS. Merci de m’avoir lue.  Je tiens à souligner que je me méfie d’habitude des images choquantes et du sensationnel. Mais je pense qu’on est ici dans l’image de guerre et le symbole ; un fait qui devait être traité par la presse.
Toute personne qui répondrait à ce billet de façon injurieuse verrait ses propos purement et simplement mis à la poubelle. Merci de vos réactions modérées.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Famille - Enfants

Les rais de lumière au fond de l’eau

31 août 2015
rentree-vacances

La fin de l’été et le paradoxe de la maman-poule, je vous en parle ?

Demain matin, je poserai deux enfants à l’école. Cette année, la rentrée a un aspect particulier : mes chéris franchiront la même porte. L’un rentre en  CP, l’autre en CE2. Une rentrée sous le signe de l’émotion pour l’un ; une rentrée tout bonheur de retrouver un univers connu pour l’autre. Ma fille est fière d’inviter son frère dans la cour des grands. J’ai la chance d’avoir deux enfants très proches. Ils apprécient toujours de se croiser à l’école.

Je me disais parfois en cette deuxième partie du mois d’août combien je serais heureuse d’avoir du temps pour travailler sans être souvent arrêtée. Je rêvais de plusieurs heures seule pour redevenir monotâche et avoir le simple plaisir de travailler à ma boutique.

Maintenant que cet été s’est si bien passé avec mes choupinets, mon cœur va être tout aussi serré que le leur demain matin. Finie cette période particulière remplie de tendresse, sans stress particulier le matin, au moment de se lever.

Bonjour les activités qui vont bientôt recommencer (hello la maman-taxi ^^).
Des emplois-du-temps à conjuguer par ici, d’autres par-là. Des rendez-vous à prendre chez l’ophtalmo (avec ma cheville en vrac ce printemps, j’ai oublié le RV annuel pour vérifier les yeux de la petite famille), d’autres chez le dentiste (I love les check-up santé, c’est tellement sympa de visiter les salles d’attente…). Et un timing de travail à respecter pour chacun.

Soudain, je repartirais bien un peu en vacances. Histoire d’oublier toute contrainte. Je sais pertinemment au fond de moi que les vacances éternelles ne m’intéressent pas, mais quand même. Je n’oublierai pas cette année :

– Un voyage des 10 ans de mariage en amoureux (il faudra que je vous montre quelques photos de Stockholm et de son archipel à l’occasion sur le blog). L.O.V.E. Inoubliable. A refaire avant 10 ans de plus ! ;). Oui, les grands-parents jouaient les anges-gardiens pour mes loulous : youpiii !

stockholm-amoureux

– Le bonheur de se reposer à la campagne ; la joie de regarder des enfants heureux de passer des journées ensemble. Vive les cousins-copains !

blog-lifestyle-lheuredete-ete

– La côte atlantique et les Glaces de chez Dodin pendant 15 jours (Hello, les connaisseurs de Biarritz !). Une par jour. (Ouille, le budget.) ;

glace-biarritz-ete

– Mon Petit Loup prenant des cours de « grenouille » (oui, de natation ! 😉 ) et ma Choupette de « sirène ».

cours-natation-grenouille-vacances

– La grande plage. Les couchers de soleil au bord de l’eau ;

biarritz

 

Les rais de lumière au fond de l’eau, à la piscine, ce dernier samedi. Les bulles dansaient près de mon mari et de mes enfants quand nous nous faisions coucou, tels des petits poissons. Un moment à l’unisson. Comme si souvent. <3

piscine-ete

– Les câlins, les guilis, les bisous, les éclats de rire ; les promenades la main dans la main…

– Un très beau repas-famille au pays basque avec la joie de revoir des personnes que nous n’avions pas vues depuis un moment ;

– Les fameuses blagues de mes choupinets (oui, j’ai des comiques à la maison) ;

(Et la sangria, le chorizo, le feu d’artifice, les bons petits plats de l’été, quelques kilos en trop, les grasses matinées, les belles promenades, le soleil, les copains bordelais au Lillet et au gâteau au chocolat… Non, je n’avais pas mon téléphone sans cesse avec moi pour jouer les paparazzis et tout prendre en photo !)

Un petit point tout de même à rattraper : je n’ai pas pu voir ma sœur et sa petite famille récemment, ni certains ami(e)s qui me manquent. Il est tellement difficile de parvenir à voir toutes les personnes qui nous sont chères en un an ! Ne reste plus qu’à bien organiser l’année 2015-2016.

Excellent 1er septembre à vous tous.
Bonne semaine !

PS. Une photo… histoire d’être sérieuse et de de faire un peu de personnal branding (oui, parfois, j’arrive à travailler quand mes loulous dorment). Deux bijoux sont actuellement à gagner. Allez jeter un œil sur mon dernier billet sur le e-shop Poisson Plume en préparation pour cet automne.  Vous pouvez aussi vous inscrire à la newsletter sur la page de lancement de la boutique. Bonne chance !

concours-poisson-plume-bijoux-blog-lifestyle-heure-ete

PPS. Je mets trop de temps à valider et à répondre à vos commentaires parfois, mais je les lis et ils me touchent !

Rendez-vous sur Hellocoton !
Bijoux fantaisie

Poisson Plume : la bijouterie fantaisie poésie

27 août 2015
poisson-plume-fantaisie

Hello les amis… J’espère que vous avez passé un bel été et que vous vous portez bien !

Je sais… je n’ai posté que sur les réseaux sociaux… C’est ma manière de vous faire des clins d’œil (il faut dire aussi que j’adore instagram) tout en prenant du temps pour autre chose, c’est reposant.
Je reviens remplie d’énergie en cette rentrée 2015. Vous savez désormais que Poisson Plume, mon eshop de bijoux fantaisie, ouvrira à l’époque de l’été indien, en novembre. Un automne qui s’annonce haut en couleurs !

Si je tiens à vous faire la surprise des créatrices de haute fantaisie présentes à l’ouverture (des fées de la création du bijou), je peux dès aujourd’hui vous parler de certains trésors de la boutique. Il s’agit de pièces dénichées avec amour chez des fournisseurs parisiens sérieux. C’est ma volonté : créer une boutique haut de gamme. C’est ainsi que les bijoux fantaisie ont tous le même point commun : qualité, finesse, délicatesse.

Pour vous faire patienter, j’ai un atout dans ma manche : j’ai pensé que cette rentrée pourrait être joyeuse et douce. Je souhaite vous faire remporter des bijoux.

heure-ete-blog-feminin-lifestyle

Évadez-vous quelques instant et…

Tentez de remporter deux beaux bijoux (soyons fous !) :

* Un collier cerf en plaqué or, d’une valeur de 69 euros. (Tirage au sort n°1)

* Un bracelet feuille en plaqué or d’une valeur de 44 euros. (Tirage au sort n°2)

 

poisson-plume-bijoux-fantaisie-poesiebijouterie-fantaisie-poesie-poisson-plume

l'heure d'été blog féminin

Lire la suite du billet Lifestyle de L’heure d’été

Rendez-vous sur Hellocoton !
Lifestyle

Poisson Plume : mon projet de Mompreneur

12 juillet 2015
e-shop-bijouterie-fantaisie-creatrices

– Poisson Plume ? C’est le nom du e-shop de créatrices que tu prépares ?

– Oui. Poisson Plume. Comme une douce entrée vers le monde des rêves.

 

Mes amis,

L’heure est venue de vous évoquer mon projet de Mompreneur qui me prend tout mon temps, ou presque (OK, je viens de finir de préparer mes valises pour un voyage en amoureux à Stockholm , mais ces vacances sont vraiment les bienvenues, croyez-moi ! 😉 ).
Je monte, en tant qu’auto-entrepreneur, une bijouterie fantaisie en ligne. Une bijouterie fantaisie poésie. Un endroit où l’on se sent bien pour faire une pause détente, une pause rêverie. Le but ? Être prête pour cet hiver. Ce n’est pas encore gagné, mais cela prend doucement forme.

Cette aventure entrepreneuriale est passionnante, riche en émotions et en apprentissages.
C’est aussi un sacré challenge personnel. C’est un nouveau chemin de vie qui m’apprend beaucoup et qui me fait comprendre que la confiance en soi,  la patience et la ténacité doivent se cultiver tout au long de la vie.

C’est la première fois que je prends une route m’emmenant aussi loin, me faisant sortir de ma zone de confort. J’apprends beaucoup, je fais des rencontres intéressantes.

Les créatrices et entrepreneuses françaises avec qui j’ai eu la joie de discuter à Paris ces derniers mois sont non seulement douées mais débordantes d’énergie. Elles donnent tellement envie de les soutenir et de les présenter dans ma boutique… Faire un choix est capital mais crée de nombreux dilemmes. Je suis impatiente de vous les présenter (… dès que le e-shop sera ouvert, promis !).

J’ai parfois peur mais je continue d’avancer ; je suis tellement heureuse à la fois.
Cette foule de sentiments disparates me fait comprendre combien ce projet me tient à cœur.

Ce projet de Mompreneur a aujourd’hui BESOIN DE VOUS pour tenter de remporter un concours, qui pourrait aider le démarrage de Poisson Plume à la fin de l’année.

Je ne comptais vous en parler que dans quelques mois, mais Clinique et son concours #Faceforward vient de bousculer il y a quelques jours mon planning. La marque de soins et de cosmétiques propose d’être un tremplin pour des femmes qui ont des projets à cœur. Je peux vous assurer que mon cœur vient de faire boum.
Belle marque + égéries françaises de choix (Lisa, Capucine et Pauline s’il vous plaît ! 😉 ) + tremplin en visibilité = Wouaouh.
Merci Clinique.

… Et merci à vous de venir sur la plage de #Faceforward voter pour mon projet Poisson Plume. Je débute comme une micro-entreprise et non comme une EURL. Tous les coups de pouce sont bons à prendre.

Poisson plume eshop bijouterie fantaisie

*

Si le cœur vous en dit, voilà ma page de lancement Poisson Plume pour cet hiver. Si vous y notez votre mail, je vous donnerai des nouvelles quand j’aurai créé une jolie newsletter.
Vous pouvez aussi venir vous inscrire sur mes réseaux sociaux encore tout bébés que vous trouverez aussi sur ma page de lancement, ils n’attendent que vous pour grandir. Je dois avouer que je ne les ai pas encore chouchoutés… le travail d’abord ! Chaque chose en son temps.

Lire la suite du billet Lifestyle de L’heure d’été

Rendez-vous sur Hellocoton !
Musique : L'air du temps

Un été en musique : Summertime playlist

2 juillet 2015
playlist-ete-2015

Un article ? Mais oui, envoyez les confettis. Samba. Macarena et Rio de Janeiro.
J’aimerais venir ici plus souvent (Juillet… Déjà Juillet), mais il est difficile de penser auto-entrepreunariat et blog en même temps. Quoi de neuf de mon côté ? Rien que de très classique : je travaille. Avec un ventilateur depuis chez moi, mais je travaille. Parfois seule, parfois au milieu de mes deux enfants qui font la fête (mais oui mais oui, l’école est presque finie !).

Je reviens avec une petite playlist en ce début d’été, pour vous donner quelques idées de chansons à acheter avant de partir en vacances (Holidays, vous avez dit holidays ? Youpiii). De la musique douce pour siroter une Limonade à l’ombre des arbres, de la musique énergique pour danser… il y a toujours de quoi se faire plaisir pour passer un bel été. De mon côté, je chante sous la douche sans me préoccuper des voisins. Avec la canicule, la pièce d’eau est devenue mon chocolat du moment. Toujours un goût de revenez-y. Tu m’étonnes Simone, avec ce temps chaud bouillant !

Sinon… je fonds, je fonds, je fonds. Chaque jour un peu plus. Pas vous ?
Bonne fin de semaine et bon courage pour trouver un lieu agréable à vivre !

playlist ete

Je ne saurais commencer cette playlist sans penser à une magnifique chanteuse à la voix en or que je connais bien. Elle a non seulement le cœur sur la main, mais elle transmet cette générosité dans son art. Il s’agit de L’Acantah. Je vous invite à découvrir son site ainsi que son souncloud. Notre famille pense particulièrement à elle aujourd’hui, car elle se produit en Avignon en ce mois de juillet (au Théâtre Al Andalus).
Si vous passez par-là, prenez le temps d’aller écouter son « concert entre deux valises » !

blog feminin lifestyle

 

Et hop, j’arrête de bavarder sinon je ne vais plus m’arrêter…

Coucou la Playlist !

 

  SHAKE SHAKE GO – England Skies

 

blog-lheuredete-lifestyle

DOM LA NENA – Vivo La Mare

 

blog-lheuredete-lifestyle

SOKO – I Come In Peace

Lire la suite du billet Lifestyle de L’heure d’été

Rendez-vous sur Hellocoton !
Billets d'humeur

Une chic fille : la vie du bon côté

28 mai 2015
blog lheuredete vie du bon cote

J’ai été une chic fille, les amis, récemment. en particulier depuis environ deux semaines.
Digne, sympathique, joyeuse, enthousiaste. (Ouh, la menteuse ! 😉 ).
Comme vous le savez, je cherche toujours à voir la vie du bon côté. « Love Life », c’est bien ce que j’ai marqué sur mon profil Instagram. Ha-ha-ha. La bonne blague de celle qui voit toujours la vie du bon côté. Je vous explique cela ?

Mi-mai, j’ai passé un magnifique moment en famille à Londres.
5 jours de bonheur où mon mari, mes enfants et moi avons avons marché, marché et encore marché. Le voyage a été magnifique. Les enfants ont tenu chaque grande journée sans ronchonner ou demander à se reposer. Tellement émus par cette parenthèse enchantée, ils ont suivi. J’espère vous mettre quelques photos sur le blog, un jour, quand j’en aurai le temps.

Et puis le dernier jour, 3 heures avant le départ de l’Eurostar : Tadaaa ! Je suis tombée en plein marché de Covent Garden. (Call me Gaston Lagaffe.) Et hop, une cheville foulée : une belle entorse venait de naître.

La sensation pendant la chute :

Quand je me retrouve célibataire après avoir quitté mon mec<br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br />
When I&rsquo;m single again after breaking up with my boyfriend

Les amis, Londres a bien failli me retenir par le pied :

Jean Dujardin reçoit un Oscar

Nous avions en effet décidé de déambuler une petite heure dans Londres et de ne rejoindre ensuite la gare de Saint Pancras qu’au dernier moment.
Les anglais sont des êtres charmants (ils nous ont certes volé les J.O. de 2012, mais on les adore quand même, hein ! ^^).
Les personnes du marché ont été véritablement adorables quand j’ai eu mon souci. Les restaurateurs m’ont donné très rapidement de la glace et une chaise. Un vigile a même voulu m’envoyer à l’hôpital (je ne vous dis pas à quel point j’ai dû le supplier d’annuler l’ambulance qu’il avait demandée. Je voulais prendre mon train !).

Bref.
De retour en banlieue parisienne, par acquis de conscience, le soir même, je passe une radio à l’hôpital. Le verdict tombe : il y a une fracture de la malléole, il faut plâtrer. Le plus important est de ne plus marcher pendant 4 à 6 semaines.

28 Ways In Which We Are All Bridget Jones

*

Je dois admettre que je ne l’ai pas très bien pris.
Grande montée de stress (tout à l’intérieur ! ).

 

Ce petit « rien » dans ma vie (car il faut avouer que ce que j’ai n’est franchement pas grand chose) est en lien avec le lâcher-prise dont je suis incapable. M’arrêter alors que je l’ai pas décidé ? Jamais ! (Et pourtant…)

Mais… les enfants ? L’école ?  Les activités ?
Mais La douche… comment faire pour la douche ?
Et manger ? Je mange comment tous les jours, seule à la maison ?
Et mon travail d’auto-entrepreneur ? Je le continue comment ? Cet hiver, il a déjà été en partie ralenti à cause d’une belle entorse au même pied…. Rah.

Ce qu'on disait de The Artist avant sa sélection à Cannes

Le médecin m’a gentiment regardée en souriant, avant de me répondre :
« Que voulez-vous, ce n’est jamais le bon moment ! »
(Il était plus philosophe que moi, ce sage homme… Ce n’est pas très difficile.)

*

Je vous passe le moment en culotte – ça va, ce n’était pas la pire-, à côté de mon mari qui me tenait la main.
J’étais juste devant l’interne, allongée avec le pied en l’air.
J’avais une pensée stupide en tête, mais qui ne me quittait pas (honte suprême) :
Oh, ça va, j’ai les gambettes épilées, il ne va pas se moquer de moi.
Mais oui. Vous avez bien lu. Genre : je vais avoir un plâtre sur la jambe, mais au moins, j’ai une peau de pêche et un slip tout à fait acceptable. Ne cherchez pas, on ne contrôle pas les mille et une choses qui nous traversent l’esprit dans ces cas-là.

Lire la suite du billet Lifestyle de L’heure d’été

Rendez-vous sur Hellocoton !