L'air du temps, Mode et Beauté

La Petite Robe noire : de Chanel à Guerlain

11 mars 2012
la-petite-robe-noire-guerlain-2012

 Il y avait bien eu dans ma trousse de toilette Poivre Piquant (L’artisan Parfumeur) ou encore Miss Dior Chérie. Mais depuis quelque temps, je me demandais quel serait le prochain petit coup de cœur.

Ma petite liste de souhaits virtuelle va s’étendre aujourd’hui, puisque mon nez vient de découvrir La Petite Robe Noire de Guerlain.

Sa qualité ? Ce parfum raffiné est gourmand sans pour autant tomber dans l’écueil de la lourdeur. Il reste agréable sur ma peau, sur laquelle il ne vire pas (ce qui serait dommage, isn’t it ?). Est-ce parce-que c’est une nouvelle édition du parfum créé il y a trois ans (disponible alors uniquement à Paris) ? Sans doute. La petite robe est réajustée à la taille de l’année 2012. Dans ce nouveau jus, Thierry Wasseur accentue La Guerlinade aux côtés de la cerise noire (entendez «la signature de la marque». Bergamote, jasmin, rose, iris, vanille, fève tonka composent en particulier cette base).

Une pincée d’étonnement cependant : cette fragrance gourmande, qui arrive sur le marché en mars, à l’aube du Printemps,  est associée, dans mes connotations olfactives, à l’automne ou à l’hiver. Je ne suis pas certaine de l’adopter pour les journées ensoleillées, sauf à réserver ce parfum pour des soirées. (M’enfin, deux parfums en même temps, c’est mon porte-monnaie qui serait fâché !)

Le fond mis de côté (l’odeur est tout de même le point central), la partie marketing m’interpelle. Je trouve la campagne choisie pétillante et intéressante.

Le spot publicitaire est bien pensé : La femme de ce prochain printemps est chic, tendance, enthousiaste, glamour… et parisienne. Une ambassadrice espiègle et court-vêtue se promène de façon aérienne et fantasque dans la capitale de la Mode. La crise mondiale n’existe évidemment pas, une musique entraînante nous invite dans cet univers aux touches noires et roses (comme le flacon, qui a été dessiné par Serge Mansau). Il s’agit du fameux titre « These boots are made for walkin », par la sympathique Nancy Sinatra (pour se remémorer la chanson de 1966, c’est ici !).

Le design graphique de ce clip nous est offert par le talentueux couple de concepteurs français Olivier Kuntzel & Florence Deygas. Vous vous souvenez du générique du film de Spielberg «Catch me if you can» avec Tom Hanks, Leonardo Di Caprio et Nathalie Baye ? (Ah, Nathalie Baye… Quelle actrice ! Mais je m’égare.) Nous avions déjà là un aperçu de leur travail.

© Photo by Khalil

 

 Leur idée est forte : au-delà du joli petit côté rétro-sophistiqué, on suit le parcours d’une silhouette et non d’un mannequin ! Bien joué. Pas de figure de proue volant la vedette à la robe… D’autre part, cette jeune femme élancée, que l’on imagine superbe sous son chapeau, peut représenter chacune d’entre nous. Si ce n’est pas nous flatter, ça !

Enfin, je suis amusée par le coup de bluff opéré : la réappropriation de la célèbre petite robe noire de Chanel créée en 1926… Cet habit novateur (puisque le noir était jusqu’alors associé au deuil) fut rapidement adopté par le monde entier et associé à l’élégance à la française. Il fallait oser !

Un dernier point cependant : la maison Guerlain a choisi, avec son agence, un dispositif média multi supports (des sites internet habillés par l’ombre chinoise et le flacon rose, des campagnes appuyées dans plusieurs magasines -Vogue, par exemple, propose un poster-, des silhouettes visibles dans plusieurs grandes villes de France, des spots télévisés très fréquents, etc…). Les salles de cinéma accueilleront aussi cette publicité en avril. Ne risque-t-il pas là d’y avoir overdose pour le spectateur ?

En attendant, belle vie au nouveau basique la petite robe noire !

loading La Petite Robe noire : de Chanel à Guerlain Rendez-vous sur Hellocoton !

D'autres billets doux de L'heure d'été vous attendent

Laissez-moi un petit mot, j'en suis toujours ravie...

Pour un petit mot, c'est par-là !