Catégorie

Lifestyle

Bijoux fantaisie, Lifestyle

Poisson Plume : mon eshop ouvre enfin (hiiii !)

26 novembre 2015
eshop-bijoux-creatrices

Un petit mot tout doux pour vous annoncer l’ouverture (vendredi 27 novembre) de mon eshop de bijoux fantaisie poésie Poisson Plume. (Hiiiii ! ^^) Vous y trouverez des réalisations préparées avec amour dans les ateliers de superbes créatrices françaises. Si j’ai envie de rester ouverte sur le monde et de m’ouvrir aux belles choses de manière générale, je crois bien que j’adore le made in France et la haute fantaisie. Si je vous dis Caroline Najman, Salomé Charly, Anne Thomas… vous comprendrez certainement l’esprit de mon eshop.

Cette boutique Poisson Plume, c’est un immense travail en coulisses, préparé sur de nombreux mois, avec :
– De belles rencontres,
– Des photos de bijoux à préparer avec des enfants tentant de toucher à ces jolies choses brillantes…
– Des envies récurrentes de puiser dans le stock (‘Paf sur la main),
– Des bêtises faites dans le back-office de la boutique,
– Des réparations de toute urgence à opérer, tel un botaniste s’occupant patiemment de sa plante… (comprendre : appeler son mari à l’aide. ^^)
– Des questionnements existentiels (si si !)
– Des litres de café, de thé, de tisanes et encore de tisanes le soir,
– Des réponses patientes à ses enfants
(« Alors, maman, elle ouvre bientôt, ta boutique Poisson Plume ? »« … Pas encore, les enfants!… »)
– Et de nombreuses nuits… assez courtes (Voire même très courtes !).

Je suis tellement heureuse de vous montrer le résultat de cette vie entrepreneuriale dans laquelle je mets toute mon énergie. Je suis cependant très troublée d’ouvrir en ces temps particulièrement difficiles, je ne vous le cache pas. Je me suis promis d’aller de l’avant… ce n’est pas facile. Vraiment. Il y a eu des jours où je n’ai pas pu retoucher à ce travail, tellement le choc de l’actualité était immense. Se relever est difficile. Mais si je ne le fais pas maintenant, se détacher de ces jours sombres deviendra encore plus compliqué.
J’espère que vous verrez que mon site contraste avec la morosité ambiante. Je l’ai conçu comme une bulle de poésie et de douceur. Un endroit chaleureux. On est dans un lieu-cocooning accueillant. J’espère que vous vous y sentirez bien, quand vous y flânerez.

Je vous épargne une photo de moi en cette fin novembre : je cache mes cernes et mes cheveux blonds-bien-racinés-noisette (Coiffeur, Oh Coiffeur, attends-moi, j’arrive !)

Très sincèrement, j’ai besoin de vous.
Uniquement si le cœur vous en dit.

J’ai hésité à vous l’écrire… mais après tout, pourquoi pas. Toutes les personnes qui sont venues lire le blog de L’heure d’été ont été tellement adorables avec moi depuis quelques années, que je vais aujourd’hui à l’encontre d’une certaine timidité pour vous parler très simplement. Ce n’est pas une demande d’achat. Non. Je saurai si j’ai réussi mon pari uniquement si mes clients ne sont pas Mon papa, ma Maman, ma Famille et mes Amis, virtuels ou non. Soyez rassurés, c’est juste une demande de coup de pouce amical.

Je n’ai pas d’agence de presse adossée à Poisson Plume (celles de mes amies Meryl Streep et Cécile de France sont en vacances, c’est ballot). Alors vous savez comme moi comment marche notre ami Google. Un e-shop est plus visible quand des liens pointent vers lui, que sa Page Facebook monte ou qu’il y a des partages de posts FB parlant de lui.
Ainsi, si vous appréciez mon travail, si vous avez un jour la possibilité de mettre des petits « j’aime » par ici ou des petits « Like » par là-bas, de partager quelque part l’ouverture de cette boutique de bijoux fantaisie poésie, ce serait vraiment sympa. Un point important : ne le faites que si cette proposition ne vous pèse pas. Li-ber-té. Vous faites ce que vous voulez et ce sera très bien ainsi. (Ah là là, qu’il est beau, d’ailleurs, ce mot Liberté. Aujourd’hui. Demain. Toujours.) Visitez notre site Web online casino österreich.

Lire la suite du billet Lifestyle de L’heure d’été

Rendez-vous sur Hellocoton !
Lifestyle

Poisson Plume : mon projet de Mompreneur

12 juillet 2015
e-shop-bijouterie-fantaisie-creatrices

– Poisson Plume ? C’est le nom du e-shop de créatrices que tu prépares ?

– Oui. Poisson Plume. Comme une douce entrée vers le monde des rêves.

 

Mes amis,

L’heure est venue de vous évoquer mon projet de Mompreneur qui me prend tout mon temps, ou presque (OK, je viens de finir de préparer mes valises pour un voyage en amoureux à Stockholm , mais ces vacances sont vraiment les bienvenues, croyez-moi ! 😉 ).
Je monte, en tant qu’auto-entrepreneur, une bijouterie fantaisie en ligne. Une bijouterie fantaisie poésie. Un endroit où l’on se sent bien pour faire une pause détente, une pause rêverie. Le but ? Être prête pour cet hiver. Ce n’est pas encore gagné, mais cela prend doucement forme.

Cette aventure entrepreneuriale est passionnante, riche en émotions et en apprentissages.
C’est aussi un sacré challenge personnel. C’est un nouveau chemin de vie qui m’apprend beaucoup et qui me fait comprendre que la confiance en soi,  la patience et la ténacité doivent se cultiver tout au long de la vie.

C’est la première fois que je prends une route m’emmenant aussi loin, me faisant sortir de ma zone de confort. J’apprends beaucoup, je fais des rencontres intéressantes.

Les créatrices et entrepreneuses françaises avec qui j’ai eu la joie de discuter à Paris ces derniers mois sont non seulement douées mais débordantes d’énergie. Elles donnent tellement envie de les soutenir et de les présenter dans ma boutique… Faire un choix est capital mais crée de nombreux dilemmes. Je suis impatiente de vous les présenter (… dès que le e-shop sera ouvert, promis !).

J’ai parfois peur mais je continue d’avancer ; je suis tellement heureuse à la fois.
Cette foule de sentiments disparates me fait comprendre combien ce projet me tient à cœur.

Ce projet de Mompreneur a aujourd’hui BESOIN DE VOUS pour tenter de remporter un concours, qui pourrait aider le démarrage de Poisson Plume à la fin de l’année.

Je ne comptais vous en parler que dans quelques mois, mais Clinique et son concours #Faceforward vient de bousculer il y a quelques jours mon planning. La marque de soins et de cosmétiques propose d’être un tremplin pour des femmes qui ont des projets à cœur. Je peux vous assurer que mon cœur vient de faire boum.
Belle marque + égéries françaises de choix (Lisa, Capucine et Pauline s’il vous plaît ! 😉 ) + tremplin en visibilité = Wouaouh.
Merci Clinique.

… Et merci à vous de venir sur la plage de #Faceforward voter pour mon projet Poisson Plume. Je débute comme une micro-entreprise et non comme une EURL. Tous les coups de pouce sont bons à prendre.

Poisson plume eshop bijouterie fantaisie

*

Si le cœur vous en dit, voilà ma page de lancement Poisson Plume pour cet hiver. Si vous y notez votre mail, je vous donnerai des nouvelles quand j’aurai créé une jolie newsletter.
Vous pouvez aussi venir vous inscrire sur mes réseaux sociaux encore tout bébés que vous trouverez aussi sur ma page de lancement, ils n’attendent que vous pour grandir. Je dois avouer que je ne les ai pas encore chouchoutés… le travail d’abord ! Chaque chose en son temps.

Lire la suite du billet Lifestyle de L’heure d’été

Rendez-vous sur Hellocoton !
Lifestyle

La cueillette des meilleures infusions

10 mai 2015
coup-de-coeur-infusions

Je crois crois avoir toujours été adepte de thés et d’infusions, boissons-cocooning par excellence. Pour le thé, les voyants sont au vert. J’ai chez moi de beaux produits de qualité qui me font plaisir. En revanche, certaines infusions, malgré leur beau packaging, mais ne sont pas à la hauteur de mes attentes. Celles basiques de supermarché sont trop souvent à pleurer tellement elles ressemblent à de la poussière. Pourtant, j’en ai encore dans mes armoires car elles se trouvent facilement et ne sont pas trop chères, mais no comment. Je n’en attends pas grand chose. Passons vite au positif : mes petites trouvailles d’infusion à commander… pour mieux en découvrir certaines.

     blog-lheuredete-lifestyle

Tout d’abord, un coup de cœur (théorique… je n’ai pas encore passé commande).

infusion-bio-qualite

Je viens de découvrir la société « L’Amante Verte » grâce une émissions récente sur France Inter (« On va déguster »Les herbes aromatiques). Elle m’a appris par exemple que le diplôme d’herboriste n’existe plus depuis un décret de Pétain en 1941. (Really ? Pincez-moi !)

Adrien Poirrier présentait sa jeune société bretonne avec passion et enthousiasme : j’ai eu envie d’aller voir son site. Le voyage ne m’a pas déçue. La présentation de son travail agricole est très intéressante. Une quarantaine de plantes sont cultivées au rythme des saisons, en préservant le rythme de chaque d’entre elles. La récolte est faite à la main, les produits chimiques sont absents de cette agriculture biologique. Le séchage est fait à basse température (35°C), pour préserver les feuilles et les principes actifs. Cette découverte me plaît ; mon petit doigt me dit que la qualité est certainement au rendez-vous.

Quelqu’un a déjà-t-il eu la chance de goûter aux différents mélanges de l’Amante verte ? Le partenaire revendeur de cette société est le site « Vert-tiges » (Je n’ai aucune action dans ce site, pour information ^_^).

 

bonnes-infusions-qualite-amante-verte

  1. Infusion D’tox shizo / Ortie, shiso, reine des prés.
  2. Infusion Ardente / Basilic cannelle, angélique, sarriette, guimauve.
  3. Infusion Frisson / Thym, sauge, hysope, sureau, tournesol, mauve.
  4. Infusion Verveine « Coeur d’été » / Verveine citronnée
  5. Infusion Lâcher prise / Tilleul, mélisse, lavande, sauge sclarée
  6. Infusion L’Amante verte / Menthe verte, ortie, romarin, tournesol.

 —

Ensuite, j’ai encore plusieurs idées en tête qui me semblent délicieuses aussi… Les voici en images.

Lire la suite du billet Lifestyle de L’heure d’été

Rendez-vous sur Hellocoton !
Lifestyle

Bienvenue, As You Like Magazine

1 avril 2015
magazine-as-you-like-prisma-media

En ce début d’année 2015, Prisma Media avait déjà décidé de lancer en France le magazine Flow. On peut voir en cette décision du cran et et de l’élan, à l’heure où la presse papier ne se porte pas au mieux de sa forme. Mais quand Prisma Media, peu de temps après, choisit de lancer un second magazine papier, As You Like, alors là, c’est sacrément intéressant.

Force est de constater qu’il y a des équipes dynamiques, qui suivent leurs (bonnes) intuitions, au moment où certains esprits chafouins ne voudraient retenir que les freins à la créativité en France. Je fais pourtant partie de ceux, peut-être trop biberonnés à l’excellentissime émission de Stéphane Soumier le matin sur BFM business, qui aiment à croire que tout est possible en France, avec de la volonté et du travail.

J’aime l’idée de la nuance. L’interactivité entre numérique et papier peut devenir une force, si elle est bien pensée. Bien travaillée, cette synergie entre les formats peut devenir un avantage . Si l’on me propose de beaux magazines agréables à feuilleter, je les lirai, tout comme je continuerai de lire d’autres formats numériques. Pour ma part, numérique et papier ne se phagocytent pas les uns les autres… ils se complètent. Il suffit qu’il y ait de la substance dans chacun.

.

As You Like,
c’est quoi, exactement ?

lheuredete-blog-feminin-lifestyle

Un bouquet de fleurs. Une sélection de talents du Web ouverte sur le monde, effectuée en lien avec le site Hellocoton.

Anne, du blog Annouchka, vous en a récemment parlé, en reprenant au passage l’histoire de la savoureuse aventure Hellocoton. Son émotion était palpable, on la comprend tellement… (Au passage, Anne, c’est aussi, et on ne le dira jamais assez, une femme qui arrive à conjuguer maternité et dynamisme entrepreneurial ; une femme qui aime les challenges mais qui garde les pieds sur terre, une personne bienveillante qui prend toujours le temps de regarder avec le monde qui l’entoure… Ceci est une autre histoire, mais personnellement, cela me touche. Que la première personne trouvant qu’il est simplissime d’être Maman et de travailler sans toucher du doigt l’épuisement lève la main. )

 

Lire la suite du billet Lifestyle de L’heure d’été

Rendez-vous sur Hellocoton !
Lifestyle

Un soir à La Grande Plage

24 août 2014
grande plage biarritz

La grande plage de Biarritz, c’est un immense kaléidoscope.

Mille et une petites touches de couleurs formant un paysage harmonieux, chatoyant. Une ambiance relaxante et paisible sur le sable doré par le soleil, à côté de vagues énergiques et tonifiantes. Elles vous rappellent vite qu’elles peuvent faire de vous un rouleau de Printemps, si vous ne prenez pas garde à l’ampleur de leur force.

Comme chaque bon moment passé près de la mer, on garde toujours un précieux souvenir de cette frontière terre-mer au fond de la poche, quand on quitte le Sud-Ouest pour remonter en Île de France.

La grande plage – Biarritz

Biarritz grande plage

//

Pour mes enfants, la grande plage, c’est en premier lieu, s’amuser avec les vaguelettes du bord de l’eau, rire aux éclats (de chocolat) avant de commencer le vrai grand bain.
◊  Jouer au chat et à la souris avec l’Océan et se demander qui va gagner.
◊  Avancer, avancer… avancer encore un peu. Braver les doux clapotis qui caressent le sable et qui chatouillent les pieds des choupinets, pour mieux les amadouer.
◊  Finalement, comme tout enfant qui se respecte, oublier qu’il y a toujours une vague, plus grosse que les autres, qui arrive subrepticement. Et celle-là, croyez-moi, elle vous mouille entièrement, comme le loup croque la brebis (basque, évidemment).

C’est là, uniquement, que l’aventure de la baignade peut réellement commencer. Avec ou sans Moray, mais toujours avec un Papa aux côtés des petits aventuriers du dimanche, histoire de ne pas perdre les presque-héros-des-océans. (Mais que fait donc la Maman, pendant ce temps ? Surveillant de trop près ses poussins, elle se fait elle-même surprendre par les vagues et tombe parfois plus vite que ses enfants. Chuuut !)

Biarritz et sa Grande plage, c’est aussi revenir en soirée admirer l’océan de nouveau avant la nuit, en se contentant cette fois de l’apercevoir depuis la promenade. Regarder les derniers baigneurs grappillant quelques minutes à une journée qui s’étire. Bavarder en jetant un regard aux joyeux groupes d’amis assis sur le sable. Profiter enfin tout simplement du moment présent. Contempler le ciel rougeoyant qui embrasse une dernière fois l’eau cuivrée, avant de lui donner rendez-vous pour le lendemain.

Il y a deux semaines, je n’ai pas résisté à l’idée de préparer un petit gif animé. J’ai tout simplement capturé un peu d’océan atlantique en images grâce à mon téléphone (non, je n’ai pas baigné mon téléphone dedans… Non non, je n’ai pas non plus pris le risque d’emmener mon bel appareil photo à la plage : l’objectif n’aime pas les embruns… Pas du tout ^^), avant de les rassembler pour les publier de manière animée.

…. Et puis je suis repartie profiter des enfants et du soleil en oubliant quelques jours le blog et ce billet.

C’est mignon de retrouver ce soir les grains de sable de la côte atlantique, une fois les valises rangées. Une bouffée d’air marin refait surface. Ne manquent plus que les mouettes. En direction de Paris, on en trouve nettement moins que dans le Sud-Ouest, allez savoir pourquoi. ^^

A peine les vacances terminées, Doux Mari et moi vivons encore un peu dans les souvenirs du soleil se reflétant dans l’eau. Nous rêvons déjà de jolis moments en famille ou en amoureux (nous avons découvert un sublime restaurant coup de cœur, il faut absolument que je vous en parle prochainement)
Nous rions de notre addiction aux moment ‘à part’, car nous commençons déjà à penser à l’année 2015, la belle année où nous fêterons nos dix ans de mariage.
Nous nous plaisons à regarder des cartes du monde et à nous demander où nous aimerions passer quelques jours. Notre cœur balance entre tellement d’endroits… Si nous nous écoutions, nous embarquerions pour les quatre coins de la planète. Mais si nous regardons un instant notre tirelire, un vrai choix s’impose !
Quoi qu’il en soit, l’idée même de planifier des vacances en amoureux nous plaît beaucoup. Nous espérons seulement qu’un certain volcan islandais ne se réveillera pas comme en 2010… année où nous avons failli – je dis bien failli – partir à New-York. Juste avant que notre vol soit annulé. Je vous assure, je me souviens encore de ce jour de Printemps où nous prenions un verre avec des amis dans un café, tout près des Buttes Chaumont. Nous leur disions que nous commencions à nous demander si nous devions ou non boucler nos valises. La bonne blague. Vous avez d’ailleurs vu que le petit frère d’Eyjafjöll est en train de quitter les bras de Morphée ? Ah non, pas question. Si Bardarbunga doit se réveiller, qu’il le fasse maintenant… ou qu’il se taise à jamais. ^^

Je vous souhaite une très belle fin de mois d’août, tout en douceur. ( It’s, oh, so quiet, It’s, oh, so still… entendez-vous la chanson de Björk ?)

Bonnes journées d’été,

Nathalie

 

 L’heure d’été, blog féminin lifestyle, mode, famille, humeurs, arts, création, photos… tout en douceur

 

Rendez-vous sur Hellocoton !
Lifestyle

Les belles fêtes d’Espelette

7 août 2014
fetes espelette danse

Les journées à Biarritz sont faites d’inspiration…  et de cornets de glaces à volonté. Quel plaisir de n’avoir pas d’impératifs. Le programme de ces vacances a le bon goût d’être flexible et léger. Un peu de plage, une pincée de piscine remplie d’eau de mer, un grand saupoudrage de promenades en direction Rocher de la Vierge, de la grande plage ou du Phare… sans oublier deci-delà des petits tours dans les savoureuses terres du Pays basque. Nous sommes chanceux, le temps nous permet de nous en donner à cœur joie.

Le week-end dernier nous a conduits jusqu’au très agréable village d’Espelette. Il faut dire que ce village est pour ainsi dire à côté de notre lieu de vacances. 20-30 minutes de voiture, pas plus et vous voilà transportés dans LE village qui nous fournit en délicieux poivre de table toute l’année.

Samedi était un jour particulier à Espelette : les rues étaient en fête, comme chaque année au cœur de l’été.

Une ribambelle d’enfants, tous plus talentueux les uns que les autres, est venue danser au milieu des passants. Des petits garçons, de blanc et de rouge vêtus, maniaient le bâton comme de vrais jongleurs ; les fillettes, quant à elles, véritables libellules, tournaient et dansaient, aussi légères que l’air. Gaiement, elles virevoltaient inlassablement, dessinant dans l’air des cercles et des ellipses de la pointe des pieds. Les riverains et les touristes prenaient le temps de regarder ce spectacle attendrissant… Choupette et Petit loup n’étaient d’ailleurs pas les derniers des spectateurs. Au cours de la matinée à Espelette, ils se mettaient souvent à sautiller dans les rues du centre. Des fois que l’art des danses traditionnelles puisse immédiatement investir leur corps par magie. Sait-on jamais.

Si vous passez par Espelette et que vous êtes comme nous, c’est-à-dire gourmands, vous pouvez réserver une table au restaurant Euzkadi -285 Karrika Nagusia – (profitez-en pour regarder sa jolie façade pimentée, elle vaut le coup d’œil). Nous y mangeons à chaque fois un excellent axoa de veau. Ce plat n’est certes pas très présentable (les petits bouts de viande coupée n’ont pas une allure très nouvelle cuisine), mais c’est un régal. (Ah oui, je ne vous ai pas évoqué leur sangria. Excellente sangria, mes amis ! ^^ )
Cerise sur le gâteau, les serveurs sont adorables et particulièrement Kids friendly. Bon moment en vue !
NB. Le petit plus : tentez d’arriver tôt. La salle, de type auberge, est grande… et donc bruyante quand toutes les tables sont prises.
Quelques photos viennent de ce restaurant, en particulier les dernières images. Je n’ai pas résisté à vous montrer leurs belles conserves de cerises et de légumes au vinaigre. Sympathique, n’est-ce pas ?

fete espelette

 Fêtes espelette pays basque

fetes Lire la suite du billet Lifestyle de L’heure d’été

Rendez-vous sur Hellocoton !
Lifestyle

Si tu ne vas pas à Rio, trouve un logo !

12 juin 2014
rio

Hello, mes bons amis !

Et voilà… Rio, de vert et jaune vêtu, est arrivé. J’ai d’ailleurs en tête ce tableau de Lia Mittarakis, que je m’empresserais d’aller regarder de près au musée d’art naïf de Cosme Velho si je prenais un vol vers l’Amérique latine.

+

tableau art naif rio

©Lia Mittarakis

+

Quant à moi, j’ai de moins en moins de temps à consacrer au blog. Ces dernières semaines ont été assez mouvementées à la maison. Des ascenseurs émotionnels m’ont quelque peu chamboulée. Rien de très important à raconter ici… je n’y tiens pas. Mais je peux toutefois associer ces dernières semaines à des montagnes russes d’émotions : je dois avouer que cela m’a bien plus fatiguée que je ne l’aurais pensé. En outre, évidemment… qui dit stress dit grignotage :  je ne suis plus vraiment prête pour aborder la fameuse époque « maillot de bain ». Oh là là, pas du tout (heureusement, il y a la bonne copine salle de sport ^^). Je tiens d’ailleurs à remercier la presse féminine qui continue plus que jamais à déformer rétrécir amaigrir photoshoper les modèles, accentuant ainsi l’écart entre la taille triple zéro des très jeunes femmes propulsées en première page des magazines et la mienne, qui s’est quelque peu arrondie… embellie. Certes, je rentre toujours dans le joli T-shirt que j’ai commandé à Sylvie, c’est déjà ça. Tout va bien, l’honneur est sauf. (Je ne vous dirai pas qu’il est extensible et donc très gentil avec mes mouvements de taille. Oups.)

Je regrette seulement un point… Mon fichu caractère qui fait que, lorsque mon esprit est tout en bloc tourné vers diverses questions, je passe mon temps à y réfléchir, encore et encore… trop, en fait. A saturation. Et comme mon joli projet (oui, j’ai décidé qu’il était joli ^^) de jeune pousse d’auto-entreprise (je n’en dirai pas plus pour l’instant… Surprise ! ) a forcément été mis en pause, j’en ai été attristée. L’envie de bloguer était en parallèle moins présente. Comme je vous l’ai dit, pas d’envie… pas de billet forcé. Je ne sais pas comment vont se passer les prochaines semaines et si j’avancerai à pas de fourmi comme c’est le cas aujourd’hui, ou si je vais enfin pouvoir monter sur les ailes d’un oiseau. J’aimerais pouvoir vous dire que tout sera prêt pour l’automne, mais les aléas de la vie me font dire que je devrais bien me garder de vendre la peau de l’ours… (D’ailleurs, je viens d’apprendre que l’on parle plutôt de poulets chez nos amis anglais : « don’t count your chickens before they’re hatched »… Promis, je ne compte pas mes poulets. Promis.)

Lire la suite du billet Lifestyle de L’heure d’été

Rendez-vous sur Hellocoton !
Vous êtes ici :