Humeurs d'été

Musculation du dos : rester belle au club de sport

2 mars 2014
sport femme zen

C’est la rentrée, les vacances sont terminées… Je retourne dès demain revoir ma salle de sport adorée.
A ce propos, je ne vous ai pas raconté la dernière grande aventure qui m’est arrivée cet hiver, courant décembre ? Eh bien je vais rattraper cet oubli très vite.

Je me trouvais dans ma chère salle de sport et transpirais à belles gouttes. J’étais fière de moi, je parvenais à bien travailler. Un peu de ceci, un peu de cela aussi, pour renforcer mes petits muscles du ventre et du dos, comme ma kinésithérapeute et mon médecin me le conseillent habituellement. (Ne pas rester trop d’heures mal assise derrière un ordinateur et ne pas oublier de me gainer, telle est donc ma devise depuis que j’ai un mal de dos chronique. You-pi.)

Enfin, il était temps de passer par la salle de cardio pour travailler mon endurance.

L’heure était à la lutte contre les éléments. (Comprenez : je faisais de la marche très rapide sur un tapis roulant.) Presque arrivée à la fin de ma séance de footing atténué, je commençais à montrer de sérieux signes de fatigue.

Pour parvenir à gérer les 5 dernières minutes de mon temps « sportif » de la journée, j’avais prévu quelques bonnes veilles musiques en soutien moral. Dans les oreilles, une chanson très pêchue, le genre de chanson rythmée qui vous interdit d’arrêter de pédaler… Que voulez-vous, quand je n’en peux plus, il me faut de la motivation. Vous souvenez-vous des Tings-Tings et du fameux titre Shet Up and let me go ? Cela donne exactement cela :

 [vimeo width="640" height="360" video_id="61962583"]

Je regardais donc droit devant moi, déterminée à en finir avec cette séance un peu difficile. C’était dur, mais c’était pour la bonne cause et mon dos ne pouvait que me remercier de ma persévérance.

Quand soudain…

Quand soudain je réalisai qu’un bel homme me regardait gentiment et me souriait même parfois. Alors ça… Mazette. Il me fait du gringue ou pas ? Il n’a pas vu ma bague à l’annulaire ? Tiens, un deuxième se met à me sourire. Alors ça, ce n’est pas banal. D’habitude, ce type de comportement n’arrive pas, dans cette salle très familiale. Bon… ces messieurs ne m’abordent pas, après tout. Pas de quoi être choquée. Je vais pouvoir rentrer à la maison et raconter fièrement à Doux Mari que ma foi, j’attire le regard de certains sportifs de mon club.

I am so… sexy !

Mes chevilles bien gonflées, je me dirige donc à la fin de la séance vers le vestiaire.

J’avoue avoir eu un peu de mal à passer la porte, avec mon ego gonflé à bloc. Pas juste une sportive, une sportive élégante. Une sportive glamour en toutes circonstances. Une femme, qui a beau avoir son dos coincé de temps en temps, ne reste pas moins une femme au summum du sex-appeal, disons-le clairement.

C’est au moment de prendre ma brosse à cheveux pour me refaire une beauté devant le miroir que j’eus alors une vision d’effroi : mon visage dégoulinant de sueur était tomate, avec des plaques cramoisies pour rehausser le tout.

Une vraie écrevisse.
A la sauce mi-grillée, mi-ramollie.

Choc : Quoi ? Kou-ah ?
Quelqu’un m’a vue dans cet état de décrépitude-là ?

ll était donc temps de m’éclipser rapidement.
L’évidence est parfois dure à encaisser.
Il faut savoir puiser dans ses réserves de chakras.

sport zen

Bilan de la journée -
Sport & dos : 1 / Sexytude : 0

(Le premier qui m’explique que le ridicule ne tue pas risque un soufflet, c’est compris ?)

Je vous laisse imaginer les piteuses plaisanteries offertes par Doux Mari à mon retour… Il ne m’a pas manquée (le vil, l’infâme bandit !).

Quelle idée aussi m’est passée par la tête de lui narrer ma déconvenue, alors qu’il s’agissait plutôt de le houspiller un peu ? Erreur de débutante.

La prochaine fois les amis, je prendrai soin de mon dos en allant directement à la piscine de mon quartier ou à la boutique du dos… ou bien encore, je demanderai tout simplement un bon massage à mon époux, cela m’évitera tout ridicule superfétatoire.

Une autre idée, peut-être ?  ^^ Vive le sport et les efforts !

C’était une grande - et malheureusement réelle - aventure de Nathalie, la-tomate-sportive.

Amis du dos,
Amis du sport… je vous salue !

 

 

loading Musculation du dos : rester belle au club de sport Rendez-vous sur Hellocoton !

D'autres billets doux de L'heure d'été vous attendent

8 Commentaires

  • Reply Lucie23 3 mars 2014 at 0 h 16 min

    Courage… Il faut savoir souffrir pour être belle ! ;)

  • Reply Isa 3 mars 2014 at 7 h 04 min

    Le genre de situation qui a du m’arriver ;) mais dis donc qu’il faut en passer par là pour qu’ensuite tu puisses faire la belle dans la rue !

  • Reply Jonalys Precious 3 mars 2014 at 7 h 33 min

    Lol, très drôle, ta petite histoire ! Rassure-toi, je pense que cette situation est arrivée à plus d’une d’entre nous … à côté de la fille superbe avec sa haute queue de cheval qui court des heures sur un tapis roulant( sans une seule goutte de sueur qui lui tombe sur le visage !!! )

  • Reply Marie mon-nid 3 mars 2014 at 8 h 30 min

    J’étais persuadée que les hommes rigolaient de t’entendre accompagner la chanson que tu étais la seule à entendre, de ta jolie voix ;-) !
    Tu vois, ça aurait pu être pire !!!

  • Reply mamandoudouce 3 mars 2014 at 10 h 46 min

    Je pensais que tu chantonnais pour te donner du courage… lol En même temps, qui n’est pas tout rouge après avoir fait du sport??

  • Reply Sylvie, Enfin moi 3 mars 2014 at 11 h 31 min

    Nous en sommes toute là après une grosse séance de sport
    Gros bisous

  • Reply Isabelle de Guinzan 3 mars 2014 at 15 h 36 min

    Ahah j’adore ! Oui, je crois que c’est aussi pour ça que de mon côté c’est piscine et gainage à la maison ! Mais bon pour moi dans tous les cas l’instant sport c’est 0 sex attitude, mieux vaut repasser plus tard pour les résultats sur la silhouette… :)

  • Reply Manal 4 mars 2014 at 8 h 02 min

    Je te rassure, à quelques tons de rouge près, on est toutes passées par là un jour ! Quand on me disait qu’il fallait souffrir pour être belle, je ne savais pas qu’on parlait de notre égo ^_^

  • Pour un petit mot, c'est par-là !

    Vous êtes ici :