Avez-vous remarqué la dernière campagne de publicité REPETTO ? Je trouve qu’elle vaut le coup d’oeil… comme souvent.

De mon côté, je suis tombée sur le visuel suivant, mettant en scène la danseuse étoile Dorothée Gilbert. Je dois avouer que je suis restée à regarder un moment l’image, moi qui zappe d’habitude souvent d’un superbe « fouetté du doigt » les pages de publicité bien trop nombreuses des magazines.

Ainsi, j’ai commencé à regarder les anciennes campagnes sur le Net. Il n’y a pas longtemps, la marque avait déjà mis à l’honneur une autre danseuse, la gracieuse Marie-Agnès Gillot.

Deux petites minutes pour en savoir plus ?

Repetto, c’est à l’origine une histoire familiale. Cette entreprise  a été créée par Rose Repetto en 1947. La marque se fait connaître en particulier avec une création : la ballerine « Cendrillon » que Brigitte Bardot porte dans « Et Dieu créa la Femme » de Roger Vadim en 1956. Regardez ces photos. Tout à fait moi  (hé hé) :

En 1984, avec la mort de la créatrice, qui avait toujours cherché l’alliance esthétique / confort des chaussures, c’est l’aura de la marque qui diminue comme peau de chagrin.

Repetto, bien des années plus tard, en très grande difficulté, se fait racheter en 1999 par Jean-Marc Gaucher, qui réussit petit à petit (dans la vive douleur de la restructuration, tout de même, puisque Repetto a bien failli disparaître) un coup de génie : il fait revivre la marque comme jamais en la propulsant de nouveau au-devant de la scène et dans le monde du Luxe. Elle renoue alors  avec l’image de la danse et de la mode.

J.-M. Gaucher va réussir ingénieusement à offrir de superbes collaborations à sa marque : il va en effet travailler avec Issey Miyake, Yohji Yamamoto et par exemple Comme des Garçons. Il met en place une stratégie clé : diversifier les coloris, augmenter les modèles. Et cela marche.

A partir de 2006, Repetto va lancer des campagnes internationales de publicité pour toucher un public averti et plus jeune. (A partir de quel âge est-on « plus jeune » ? Non, finalement, ne me le dites pas.)

En 2010, Repetto propose à ses clients de pouvoir personnaliser les modèles de ballerines. Plus de 250 couleurs de cuir sont  alors proposées. (Je me contenterais de bien moins ! Je ne suis pas difficile… )

Aujourd’hui, la diversification continue pour renforcer la marque.  Repetto possède désormais sa collection de maroquinerie.


L’
Histoire
de cette marque est vraiment intéressante. Son usine en Dordogne s’agrandit au moment où la crise économique s’installe, voire même se renforce. Le savoir-faire se transmet entre générations. Je pense, en particulier, à la fameuse technique associée à la marque, dite du « cousu-retourné » : il s’agit de rigidifier les chaussures pour un meilleur porté. La marque vend nombre de souliers ultra souples, dépassant allègrement les 150 euros. (Voilà, c’est là que le bât blesse, j’le savais, Y’a toujours un Hic dans ces cas-là !)


Prochaines étapes pour cette marque, qui a déjà 80 boutiques dans le monde : le lancement  de vêtements à partir de septembre, ainsi que d’un parfum Repetto en 2013. Je demande à sentir.

Ainsi, entre représentations traditionnelles de la danse et affiches graphiques très modernes, Repetto maîtrise l’attrait d’un public plus large. Son chemin marketing semble parfaitement conduit. Que l’on aime ou non la marque, sa stratégie de développement est fort intéressante.

Pour terminer, on note qu’à l’occasion du dernier palmarès du prix de la stratégie d’entreprise et des palmes de l’analyse stratégique (mars 2012), le prix de la stratégie d’entreprise pour la catégorie croissance a été remis au dirigeant Repetto, Jean-Marc Gaucher.

Pour fêter cela, il se dit en coulisses que le directeur aurait promis une opération exceptionnelle qui débuterait à l’Eté : Une Repetto achetée, une offerte. (Comment ça, le premier avril est passé ? Personne n’aime cette fine note d’humour ? Bah, on peut toujours rêver…)

Pour conclure, juste une question : à ce prix-là, une ballerine Repetto ne s’abime pas trop vite, j’espère ?

(Je suis démasquée, j’en possède environ 0 dans mon dressing. Pas que je snobe la marque, je regarde souvent des modèles. De la à sauter le pas, c’est autre chose.)

Lectrices amatrices des Repetto, n’hésitez pas à donner votre avis !


loading Un petit pas de danse avec Repetto


Rendez-vous sur Hellocoton !

{ FACEBOOK | TWITTER | INSTAGRAM | PINTEREST | HELLOCOTON | GOOGLE+ }


23 commentaires
    • Nathalie
  1. Lili004
    • Nathalie
  2. Louanne

Trackback e pingback

Aucun trackback ou pingback pour cet article

Participez à L'heure d'été